True peace is not merely the absence of tension, it is the presence of justice. Martin Luther King, Jr. Two dangers constantly threaten the world: order and disorder. Paul Valéry Henceforth, our country should be the universe. Flora Tristan An invasion of armies can be resisted, but not an idea whose time has come. Victor Hugo *

Rebuilding the Environmental Balance

Subscribe to the newsletter
Join us on FacebookFollow us on Twitter
Sections
Rebuilding the Environmental Balance


Sections

---

Après Copenhague, l’horizon s’éclaircit
Désormais, les clefs de l’avenir sont la responsabilité, la solidarité et le courage

Avec le réchauffement climatique, c’est toute l’ineptie de notre système de gouvernance globale qui apparaît au grand jour, Copenhague ne représentant qu’une mise en scène théâtrale qui nous faisait oublier une vérité pourtant criante, savoir que la « gouvernance mondiale » reste irrémédiablement attachée au vieux principes des relations internationales en vigueur depuis des siècles qui, malgré leur inadaptation totale au contexte contemporain, sont ceux qui gouvernent encore le monde à l’heure actuelle.

L’année 2009 vient de se terminer, nous voici en 2010 : dix ans déjà que « l’an 2000 » est passé en coup de vent. Les catastrophistes millénaristes ont certes du attendre une décennie mais ils ne sont probablement pas déçu : les menaces qui pèsent en 2010 semblent autrement plus sérieuses pour la survie de l’humanité que le soit disant « bug » de l’an 2000. Peu après cette menace virtuelle, Ben Laden et ses sbires nous ont gratifiés en 2001 d’un sérieux coup de panique. Pourtant, la « grande menace du 21e siècle » ne s’est jamais matérialisée : il en va ainsi des coups d’éclats terroristes. Après une décennie de traque, d’attentats sporadiques et de deux guerres stupides et meurtrières déclenchées par l’un des chefs d’Etats les plus ineptes du moment, Ben Laden reste introuvable. Néanmoins, il restera dans l’histoire comme l’auteur de l’attentat le plus marquant de tous les temps, attentat qui s’installera probablement comme symbole historique de l’ultime déclin de la suprématie occidentale, dont les Etats-Unis furent le dernier porte-drapeau. Pour le reste, la force de frappe d’Al-Qaïda est aujourd’hui sérieusement réduite comme en atteste le récent cafouillage d’un terroriste amateur (mais « affilié » à Al-Qaïda) sur le vol Amsterdam-Détroit, le jour de Noël. Rien à voir avec l’hyperterrorisme de destruction de masse que les vendeurs d’angoisse nous ont copieusement annoncé après 2001.

En restant dans le même domaine, celui de la destruction de masse, la menace d’un cataclysme nucléaire dû à la prolifération ne s’est pas non plus concrétisé, heureusement. Les Etats ont toujours le monopole des armes atomiques et même ceux qui jouent les perturbateurs restent des « acteurs rationnels » comme on dit chez les politologues. Plus menaçante fut la crise économique de 2008/2009, surtout, comme d’habitude, pour les plus faibles, avec 100 millions de nouveaux pauvres. Malgré tout, l’ampleur de la crise n’eut pas les conséquences désastreuses que l’on prévoyait sur la stabilité géopolitique générale et, pour l’heure, nous sommes toujours loin de 1929, de la Dépression et des années sombres qui s’ensuivirent. La crise confirme ce qu’on savait déjà : que tout ce petit monde de la finance est d’une cupidité et d’un égoïsme pathologiques. N’en déplaise à Adam Smith, qui fut professeur de sciences morales avant d’être économiste, la cupidité des financiers n’a même pas eu les effets positifs, semble-t-il, sur la société que pouvait parfois générer la cupidité des industriels du 18e et 19e siècles. L’économie mérite décidément bien son appellation de « science lugubre. »

Reste la dernière « grande menace » en date du moment, celle du réchauffement climatique. Comme pour les autres menaces, on nage ici aussi dans le flou total, entre catastrophistes et fondamentalistes écolos d’un côté, sceptiques acharnés et aveugles bornés ou inconscient de l’autre. A un âge où la vérité doit s’accompagner de « preuves » scientifiques, le thème du réchauffement climatique est tiraillé entre des scientifiques convaincus mais sans véritables preuves et ceux pour qui cette absence de preuves signifie une absence de réchauffement. Comme toujours, le bon sens permet d’y voir plus clair : réchauffement il y a, dû probablement à une combinaison de causes humaines et naturelles, avec des conséquences à moyen et long terme graves mais difficiles à évaluer, tant dans leur ampleur que dans le temps.

Malheureusement, nous sommes bien mal équipés pour réagir à, plus encore à prévenir, toutes ces menaces, surtout celle du réchauffement climatique, infiniment plus complexe que les menaces liées au terrorisme ou à la prolifération nucléaire où les Etats ont malgré tout une certaine emprise pour peu qu’ils aient un peu de volonté. Avec le réchauffement climatique, c’est toute l’ineptie de notre système de gouvernance globale qui apparaît au grand jour, Copenhague ne représentant qu’une mise en scène théâtrale, avec la trilogie classique de l’unité de temps, de lieu et d’action (ou, en l’occurrence, d’inaction ), de cet état de fait avec un épilogue à la fois tragique et tout à fait prévisible.

La surprise, si surprise il y a, est que l’on soit étonné du résultat. De fait, la grand-messe de Copenhague ne pouvait se terminer que par un échec, et ce malgré les attentes formidables que l’événement généra avant et pendant la rencontre. Durant la conférence, les médias et observateurs se sont beaucoup fixés sur la nature des échanges, sur les discours et les dialogues des uns et des autres, surtout ceux des personnages les plus connus : Sarkozy, Merkel, Brown, Obama – attendu le dernier jour comme le messie -, ou encore les nations les plus en vue : la Chine, l’Inde, le Brésil, la Russie. Comme si, finalement, l’issue de la conférence et son résultat dépendaient de la volonté des uns et des autres de s’accorder et d’arriver à un accord durable et solide ; ou bien qu’elle serait à la mesure des efforts magistraux réalisés pour préparer la conférence ; ou encore que l’amplitude du problème amènerait tout le monde « à la raison. »

Mais la politique à ses raisons que la raison ne connaît pas toujours. Car toute cette mise en scène nous faisait oublier une vérité pourtant criante, savoir que la « gouvernance mondiale » reste irrémédiablement attachée au vieux principes des relations internationales en vigueur depuis des siècles qui, malgré leur inadaptation totale au contexte contemporain, sont ceux qui gouvernent encore le monde à l’heure actuelle. Le principe de l’« intérêt national » - fondé lui aussi sur la cupidité et l’égoïsme- , l’inviolabilité de la souveraineté nationale, le jeu pervers et cynique des rapports de force entre les nations, la volonté des régimes politiques de maintenir et de renforcer leur pouvoir chez eux : autant de caractéristiques qui font que le jeu de la puissance au sein des Etats et entre les Etats a bien plus de poids que « l’avenir de la planète », avenir qui se joue sur un espace/temps radicalement différent de celui qu’habitent les dirigeants politiques : ainsi des dirigeants Chinois qui, forts de la montée en puissance de la Chine, n’hésitent pas à s’opposer aux diverses propositions mises sur le tapis, surtout lorsque celles-ci sont susceptibles de porter atteinte à leur pouvoir qui reste, on a tendance à l’oublier, absolu ; ainsi d’un Obama, « président du monde » officieux, auréolé d’un prix Nobel de la Paix flambant neuf et probablement conscient des enjeux, mais enferré dans ses tractations mesquines avec le Congrès sur sa politique interne ; ainsi d’une ONU, comme toujours incapable de peser sur l’événement, sombrant dans le pathétique avec le coup de colère post-Copenhague de son secrétaire général aux prises à sa propre impuissance ; ainsi de l’Europe, comme toujours tétanisée et inexistante dès lors que les enjeux réclament un petit peu de courage et de cohésion.

Malgré tout, cet échec annoncé a peut-être un effet rédempteur, car si la menace environnementale liée au réchauffement climatique ne pouvait trouver une solution à Copenhague, cela revient à dire aussi que l’échec de la conférence n’est pas aussi catastrophique qu’on a pu le dire. De fait, les attentes auraient du être beaucoup plus modeste qu’elles ne le furent.

Reste à tirer les leçons du Copenhague. Et c’est là que réside l’enjeu le plus important. Or, nous ne pouvons que trop le dire : ce type de « solution » sera systématiquement voué à l’échec. Pour affronter le problème, il est impératif de revoir de fond en comble la manière d’aborder ce problème. Il est évident que les Etats et leurs représentants ne pourront jamais parvenir à un accord satisfaisant et encore moins à une mise en œuvre efficace, quand bien même un accord serait atteint.

Historiquement, le progrès politique s’est traduit par une inversion progressive de la marche du pouvoir qui, d’une pression exercée au départ exclusivement du haut de la pyramide vers le bas, s’est accompagnée par endroits d’une remontée du bas vers le haut, ce qui, au sein de l’Etat, s’est traduit par le phénomène de la démocratisation. Or, ce phénomène ne s’est jamais véritablement propagé sur le plan international, tant au niveau des Etats que de celui de la participation d’éléments extra ou trans–étatiques. Le G20 ou l’ONU sont des semblants de progrès en ce sens, mais ces manifestations reflètent malgré tout la rigide hiérarchie des puissances et des rapports de forces et, de toute manière, elles entérinent l’idée selon laquelle seuls les Etats sont des acteurs légitimes lorsqu’il s’agit des grandes décisions portant sur le global. Or, la démocratisation nécessaire et inévitable de « l’international » passe nécessairement par une progression de la participation d’acteurs locaux, régionaux ou trans-nationaux qui, parfois mieux que les appareils étatiques, sauront défendre les intérêts des peuples à un âge où l’idée de frontière s’effrite et, avec elle, la notion que l’intérêt national prime par-dessus tout. Le processus démocratique est synonyme de contrôle et d’équilibre des pouvoirs. Pourquoi, alors, en demander toujours plus aux gouvernements et aux gouvernants? La mise en œuvre d’un système de gouvernance mondiale, digne de ce nom, n’équivaut pas à une plus grande emprise des Etats sur notre destin, encore moins à l’élaboration d’un super-gouvernement mondial omnipotent. Au contraire, elle est la manifestation d’une multiplication et d’un ré-équilibrage des pôles de décision.

Au bas mot, il faut revoir les mécanismes de la gouvernance mondiale pour que nous soyons enfin capables d’affronter les problèmes globaux – et le réchauffement climatique n’est pas la seule menace, et surtout pas la dernière, à l’avenir de notre planète. Puisse Copenhague servir d’étincelle à l’élaboration d’un tel système pour qu’une seule branche du pouvoir, l’Etat national souverain, ne soit plus l’unique acteur de la gouvernance mondiale et pour que le jeu des rapports de forces cesse de guider les actions des uns et des autres surtout lorsque les enjeux dépassent le cadre étriqué de ce type d’échanges! De même que les Lumières nous ont légué le système tripartite faisant agir poids et contrepoids à l’intérieur des nations, nous devons aujourd’hui tout mettre en œuvre pour qu’émerge un système où de nouvelles parties prenantes – société civile, ONG, OIG, parlements transnationaux, collegiums internationaux, etc.- puissent peser aussi sur les grandes décisions du moment. Ces acteurs existent. Etablissons de nouvelles règles du jeu pour qu’ils puissent entrer en action. L’enjeu est là. Il est de taille. L’égoïsme, la cupidité et la volonté de puissance sont encore les clefs du monde. Mais le portail du futur change. Désormais, les clefs de l’avenir sont la responsabilité, la solidarité et le courage.

-
Illustration:

Long Zheng


-

Comments

---

Links
Contact
RSS RSS 2.0
World Governance Index
Proposal Papers
Dossiers and Documents
Document Database
Videos
Home Page
About Us
Front Page